1. Accueil
  2. Nos actualités
  3. Immobilier : la hausse du chômage devrait tirer les prix vers le bas

Nos actualités

Immobilier : la hausse du chômage devrait tirer les prix vers le bas

Immobilier : la hausse du chômage devrait tirer les prix vers le bas
Partager surPartager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Ils font de la résistance ! Les prix de l'immobilier affichaient encore une hausse de 5,2% sur un an en août dernier d'après le baromètre LPI/SeLoger, mais cette courbe devrait fléchir dans les prochains mois, en raison de la montée du chômage. Explications.

918 000 transactions en 2020 dans l'ancien

On redoutait l'apocalypse du marché immobilier avec la crise sanitaire, mais la pierre a bien résisté et le marché de l'ancien devrait atteindre les 918 000 transactions en 2020 d'après les prévisions de Meilleurs Agents, soit l'équivalent de l'année 2017 qui était alors la troisième meilleure année en termes de volume. Cette bonne santé est d'autant plus surprenante qu'elle intervient une année de crise sanitaire marquée par deux mois de mise sur pause de l'activité, et qu'elle fait suite au durcissement des conditions d'accès au crédit immobilier suite aux recommandations du Haut Conseil de stabilité financière fin 2019. Pour l'instant, la courbe des prix défie les pronostics de la très sérieuse agence de notation Standard and Poor's, qui prévoyait un recul des prix de 1,4% en 2020 pour la France. Mais le chômage pourrait changer la donne dans les prochains mois.

La vague des défaillances arrive

Les conséquences profondes de la crise sanitaire vont se mesurer à moyen et long terme, ce qui explique qu'elles n'ont pas encore été mesurées précisément. L'État a tout mis en œuvre pour limiter la casse économique résultant de deux mois de confinement et des multiples contraintes sanitaires qui entrainent un ralentissement de l'activité dans de nombreux domaines (tourisme et loisirs, bars et restaurants, sport et culture, etc.). Mais le PGE n'est pas la solution à toutes les problématiques et de nombreuses entreprises déjà en difficulté avant la Covid-19 pourraient ne pas se relever de la crise sanitaire. Euler Hermes table sur une vague de défaillances entre le dernier trimestre 2020 et le premier semestre 2021, qui va accroitre les chiffres habituels de 25%. Qui dit dépôt de bilan dit hausse du chômage ; la Banque de France s'attend à voir le taux atteindre 11,5% mi 2021 contre 8,4% en début d'année.

Une baisse limitée

Pour Pierre Vidal, responsable R&D de MeilleursAgents au micro de Mon Podcast Immo, c'est cette poussée du chômage qui va infléchir la courbe des prix de l'immobilier de l'ordre de 1 à 2%, soit un niveau proche de ce que S&P a annoncé. « On va pouvoir voir des prix reculer dans des villes comme Nice ou Montpellier qui, d'ores et déjà, voient leur chômage bondir » déclare ainsi Pierre Vidal. Qui reconnaît néanmoins que les niveaux bas des taux du crédit immobilier favorisent une stabilité des prix.

16/09/2020

Retrouvez toutes nos agences de courtier immobilier

#Immobilier

#Crédit

Nos clients nous adorent