1. Accueil
  2. Nos actualités
  3. Quelles marges de négociation dans les grandes villes ?

Nos actualités

Quelles marges de négociation dans les grandes villes ?

Quelles marges de négociation dans les grandes villes ?
Partager surPartager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Expert en data du marché immobilier, Yanport a mené une étude sur les marges de négociation immobilière à Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux et Nantes. L'étude a duré un an et demi : de début 2019 à mi-2020 et repose sur des milliers de données. Les annonces immobilières ont été comparées aux demandes de valeur foncière (DVF). Sans surprise, les marges de négociation s'avèrent plus faibles en centre-ville qu'en zone périphérique.

Bordeaux : la périphérie offre plus de marge

Une intelligence artificielle a comparé des biens similaires (surface, nombre de pièces, localisation, etc.) dans les deux bases de données pour déduire des marges commerciales. À Bordeaux, celles-ci restent modérées, même si les zones IRIS (micro quartier jusqu'à 5 000 habitants) situées en périphérie donnent des marges de plus de 6%. Les quartiers du Lac-Bataclan et de la gare Saint-Jean, en particulier. L'hypercentre affiche a contrario des marges sous les 2%.

Lyon : certains arrondissements à privilégier

Dans les quartiers les plus réputés (1er, 3e, 4e, 6e), les marges de négociations sont minimes. Malgré tout, certains arrondissements en présentent des plus avantageuses. Le 5e arrondissement vers la Plaine-Charcot enregistre en moyenne 7,9% de marge. Cela monte jusqu'à 12,4% dans le 8e arrondissement, à proximité de La Plaine.

Marseille : la ville aux plus fortes disparités

C'est simple, les marges de négociation triple entre les quartiers proches du Prado-Périer (moins de 3%) et les arrondissements au nord de Marseille (14e, 15e, 16e). Les chiffres peuvent en effet grimper à 15% dans certains de ces quartiers. La cité phocéenne demeure sans surprise la ville aux plus fortes disparités.

Nantes : négociations serrées dans l'hypercentre

À Nantes, les négociations immobilières restent peu concluantes dans l'hypercentre. En effet, les marges de négociation varient de 1 à 4%. En revanche, celles-ci se révèlent plus intéressantes dès que l'on entre en périphérie. Comptez de 5 à 10% de marge commerciale et même plus de 13% pour le quartier Mendès France.

Paris : comme attendu, les marges sont faibles dans la capitale

Difficile de mener une négociation immobilière dans la capitale. Dans beaucoup d'arrondissements, elles se placent même sous le seuil des 1% ! N'imaginez pas négocier dans les 10e, 11e, 12e, 14e, 15e, 17e et 20e arrondissements. Au mieux, plusieurs zones affichent une marge à 4% (1er et 8e, 13e, 6e).

Combiner une marge de négociation ample à un taux bas de crédit immobilier

Démontrer le sérieux de sa démarche d'acquisition par le biais d'un crédit immobilier fait partie des critères qui comptent dans la négociation commerciale. De plus, le prix de vente d'un logement se négocie selon le budget de l'acheteur. Si les taux de crédit immobilier se révèlent aussi attractifs qu'actuellement, la capacité d'achat augmente chez le demandeur. Avec une moyenne de taux d'emprunt située à 1,01% sur 20 ans d'après l'Observatoire Crédit Logement/CSA, c'est le moment de souscrire un prêt immobilier !

04/05/2021

Retrouvez toutes nos agences de courtier immobilier

#Immobilier

#Crédit

Nos clients nous adorent

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager