1. Accueil
  2. Nos actualités
  3. Souscrire un crédit immobilier : est-ce de plus en plus difficile ?

Nos actualités

Souscrire un crédit immobilier : est-ce de plus en plus difficile ?

Souscrire un crédit immobilier : est-ce de plus en plus difficile ?
Partager surPartager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

La crise sanitaire a des conséquences sur le plan économique, et cela se vérifie jusque dans l'activité du crédit immobilier. Le nombre de prêts signés entre janvier et octobre a reculé de 18% d'après l'Observatoire Crédit Logement/CSA ! La conséquence d'un accès restreint au prêt immobilier et d'une solvabilité en berne dans un contexte plein d'incertitudes. Néanmoins, les faibles taux du prêt immo et la remontée des taux d'usure compensent les difficultés.

La baisse de l'activité, une réalité

La crise sanitaire a impacté financièrement de nombreux ménages. La hausse à venir du chômage (11% d'ici la fin d'année d'après la Banque de France) et la précarisation des emplois ont induit une fragilisation du profil des demandeurs de crédit immobilier. Les banques sont plus vigilantes comme le démontrent les chiffres de l'Observatoire Crédit Logement/CSA (-18% en nombre de prêts, -16% en montant total). À cela s'ajoute une forme d'attentisme chez certains de ménages qui repoussent leur projet immobilier, dixit les notaires de France. L'activité tourne au ralenti, et le reconfinement risque de ne pas arranger cela avec l'interdiction des visites immobilières.

Le durcissement des conditions d'octroi est passé par là

Les recommandations du Haut conseil de stabilité financière fin 2019 (durée maximale du crédit immo plafonnée à 25 ans, taux d'endettement limité à 33% des revenus) ont été réaffirmées en septembre ,ce qui écarte la partie la moins aisée des candidats à l'achat (jeunes ménages, foyers modestes). La souplesse autorisée par le HCSF pour 15% environ des prêts accordés ne s'applique qu'aux dossiers les plus « solides », ceux des ménages aisés et investisseurs locatifs disposant d'un reste à vivre confortable malgré un taux d'endettement supérieur à 33%. Des profils en capacité également de présenter un apport personnel, critère devenu essentiel chez les établissements prêteurs.

Des motifs d'espoir

Mais les banques restent ouvertes à l'octroi de crédit immobilier car les taux immobiliers sont aujourd'hui très bas et devraient le rester. D'après l'Observatoire Crédit Logement/CSA, la moyenne en octobre pour un prêt immobilier était de seulement 1,21% ! Autre bonne nouvelle : la hausse du taux d'usure au 4e trimestre permet aux ménages aux revenus modestes de pouvoir plus facilement emprunter – à condition de disposer d'un apport. Ces profils de primo-accédants peuvent aussi s'appuyer sur le prêt à taux zéro (PTZ). Enfin, les prix du marché immobilier semblent stagner après une folle décennie d'augmentations. Si la conjoncture est incertaine, les conditions restent toujours favorables pour la concrétisation de son projet immobilier. Un courtier en crédit immobilier permet de renseigner sur les différents leviers pour augmenter ses chances d'être financé.

19/11/2020

Retrouvez toutes nos agences de courtier immobilier

#Immobilier

#Crédit

Nos clients nous adorent