1. Accueil
  2. Nos actualités
  3. Un an après le début de la Covid, où en est le pouvoir d'achat immobilier ?

Nos actualités

Un an après le début de la Covid, où en est le pouvoir d'achat immobilier ?

Un an après le début de la Covid, où en est le pouvoir d'achat immobilier ?
Partager surPartager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Grâce au soutien de l'Etat, la crise sanitaire n'a pas eu pour effet de diminuer le pouvoir d'achat immobilier des Français. Malgré le contexte, ils souhaitent même plus que jamais acquérir leur résidence principale. Le baromètre Empruntis/trouver-un-logement-neuf.com est plutôt rassurant quant à leur capacité d'acquérir un bien, grâce notamment aux taux bas du crédit immobilier.

Un marché immobilier à contre-sens des idées reçues

Effet de l'offre et de la demande, le manque de logements dans huit grandes métropoles sur dix a pour conséquence une hausse des prix immobiliers. Malgré tout, le pouvoir d'achat immobilier augmente dans certaines grandes villes comme Paris, Bordeaux ou Lille. Et même ailleurs ! Le site PAP.fr a publié le résultat d'une étude sur l'évolution du prix de l'immobilier dans plus de 40 villes françaises au cours des 20 dernières années. Le constat est le même : le pouvoir d'achat immobilier a progressé, voire très nettement dans 21 d'entre elles. A Mulhouse par exemple, Le Mans, Limoges ou Saint-Étienne, à budget égal, les acquéreurs peuvent acheter des logements plus grands, jusqu'à 58 m2 de plus.

Des taux d'intérêts immobiliers attractifs

La hausse immobilière dans certaines métropoles est compensée par des taux de nouveau au plus bas en 2021, et ce malgré la crise sanitaire. Effet de levier supplémentaire, la durée de remboursement est passée de 25 ans à 27 ans (en cas de différé de remboursement). Deux années de plus dont les conséquences ont un effet direct sur la capacité d'emprunt puisqu'elles permettent d'augmenter de 7% leur mensualité. Enfin, le taux d'endettement est toléré jusqu'à 35% des revenus et non 33% (assurance comprise). Concrètement, cela signifie qu'un ménage gagnant 3 000 € mensuels pourra rembourser des échéances de 1 050€, de quoi acquérir un bien à plus de 260 000€.

Des dossiers scrutés à la loupe

Tous les emprunteurs ne sont pas égaux face au crédit immobilier. Crise sanitaire oblige, les banques ne prennent pas de risques. Les ménages les plus impactés par la crise sanitaire auront plus de difficultés à les convaincre. Les bénéficiaires du PTZ dans le neuf devront eux aussi montrer patte blanche. Les primo-accédants demeurent en effet une population sensible aux yeux des organismes prêteurs.

Les dossiers devront être solides : un apport d'au moins 10%, des revenus stables et des comptes bancaires sains. Les meilleurs profils quant à eux peuvent bénéficier de la forte concurrence entre banques pour obtenir le meilleur crédit immobilier (à partir de 0,80% sur 20 ans).

27/04/2021

Retrouvez toutes nos agences de courtier immobilier

#Immobilier

#Crédit

Nos clients nous adorent

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager