1. Accueil
  2. Nos actualités
  3. Reconfinement : un nouveau coup dur pour le marché immobilier ?

Nos actualités

Reconfinement : un nouveau coup dur pour le marché immobilier ?

Reconfinement : un nouveau coup dur pour le marché immobilier ?
Partager surPartager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Le reconfinement n'est pas une bonne nouvelle pour le secteur immobilier. S'il avait su limiter la casse lors du premier épisode et malgré des conditions assouplies cette fois-ci, les conséquences pourraient être plus importantes pour la pierre. Les professionnels de l'immobilier tentent néanmoins de mettre en place des services pour assurer la continuité de leur activité.

La solvabilité des ménages impactée

Le PIB devrait chuter de 11% d'ici la fin de l'année d'après l'Insee, et cela se traduit par une perte de revenus pour beaucoup de Français. En parallèle, le chômage devrait repartir sévèrement à la hausse dans les prochains mois avec ce coup de grâce pour de nombreuses activités jugées non essentielles... L'un dans l'autre, c'est la solvabilité des ménages qui est impactée avec le reconfinement. Et c'est pourtant un critère essentiel de la croissance du marché immobilier.

La courbe des prix peut s'inverser

Sur la dernière décennie, les prix de l'immobilier ont progressé de 8,6% en France et 27,6% dans le top 10 des grandes villes d'après MeilleursAgents. Cette courbe ascendante a notamment reposé sur un rapport de force à l'avantage des vendeurs. Une tension immobilière est née après l'augmentation du nombre de ménages (et donc le besoin en logement qui augmente aussi) et la baisse des taux de crédit immobilier qui favorise l'afflux d'acquéreurs. Mais avec des foyers à la solvabilité pénalisée, la tendance pourrait s'inverser. Le nombre d'acheteurs par bien immobilier pourrait se réduire drastiquement ce qui à terme provoquerait selon MeilleursAgents une possible baisse des prix immobiliers dans les prochain mois.

Les conséquences du reconfinement sur les agences et les constructeurs

Moins d'acquéreurs, c'est le risque aussi de voir des vendeurs renoncer à leur projet pour attendre des jours meilleurs. Les premières victimes de cette conjoncture seront les agences immobilières. Par ricochet, c'est aussi le secteur de la construction qui pourrait pâtir d'une demande réduite, d'autant que les prix élevés de l'immobilier neuf s'accordent mal avec une situation de récession économique...

Des risques pour le financement immobilier

La forte attractivité du crédit immobilier avait déjà incité le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) à réduire les vannes du crédit fin 2019 en invitant les établissements prêteurs à se montrer plus sélectifs. Désormais, alors que l'encours de prêts immobiliers atteint 1 116 milliards d'euros d'après la Banque de France, la solvabilité déclinante des ménages pourrait entrainer des difficultés à rembourser les crédits en cours. Ce qui mettrait les banques en difficulté. Pour les bailleurs, ceux-ci sont exposés aux risques d'impayés de loyers. Au-delà, c'est l'évolution prochaine des taux du crédit immobilier qui sera scrutée : vont-ils augmenter en raison du contexte actuel, ou demeurer attractif au bénéfice de la dynamique du marché ?

12/11/2020

Retrouvez toutes nos agences de courtier immobilier

#Immobilier

#Crédit

Nos clients nous adorent